L’approche du Design Thinking en RH?

Par Stéphanie Lagand

Mais avant tout, connaissez-vous le Design Thinking? Cette approche est basée sur un siècle de pratique de design industriel dans le monde et a su s’imposer ces dix dernières années comme une méthodologie opérationnelle de la gestion des projets innovants. En effet, la démarche Design est née au milieu du 19e siècle et sa philosophie est orientée vers la recherche de solutions pouvant améliorer la vie des gens dans la société. La méthode de pensée Design permet de transmettre aux collaborateurs une méthode structurée favorisant l’écoute, l’empathie, la définition du problème, l’idéation, le « prototypage » et le test de ces nouvelles idées. Le Design Thinking est un processus d’innovation original qui s’inspire du mode de pensée des designers et dont la promesse est d’apporter une méthode de structure de résolution de problème et de créativité.

 

L’innovation en Design Thinking ne se résume pas uniquement à l’invention et à la technologie, dans le sens où elle n’est pas uniquement située sur le produit, elle doit aussi se baser sur le modèle d’entreprise lui-même. Elle devrait être un élément à part entière de la culture d’entreprise, partagée par tous les membres et au bénéfice de chacun.

 

Si on prend pour exemple un processus classique de création : la direction générale d’une organisation souhaite développer un nouveau produit innovant afin de contrer la concurrence grandissante dans son domaine. La première étape est d’en parler à son équipe de R&D qui se penche sur l’idée avec des ingénieurs. Viennent ensuite l’étape du design, de l’équipe technique, commerciale et enfin le service marketing qui… conclut parfois que le marché pour ce produit n’existe pas! L’innovation est alors bloquée par un processus en silo, et de surcroit par des contraintes telles que le manque d’ouverture, la divergence d’objectif au sein de l’équipe de management, des tempéraments frileux qui empêchent la prise de risque. Comment innover dans ces conditions? 

 

Plusieurs conférences ont lieu ces dernières années sur la nécessité d’instaurer des démarches en Design Thinking dans les entreprises. Mais concrètement, que propose une démarche de Design Thinking? De briser l’organisation en silo et d’éviter l’échec de projets d’innovation en proposant des nouvelles méthodes opérationnelles de la gestion de projets innovants. L’humain est placé au centre de l’innovation dans cette démarche et selon le designer et PDG D’IDEO, Tim Brown, qui participe au développement du Design Thinking, trois ensembles doivent être pris en compte :

  • DÉSIRABILITÉ     pour l’utilisateur;
  • VIABILITÉ     pour le business;
  • FAISABILITÉ en termes de processus.

 

Le fait de prendre en compte ces trois piliers nous rend agiles dans des environnements plus complexes et surtout nous permet de conserver une vision globale du projet (et non pas une seule petite partie du projet).

Crédit Photo: bigstockphoto.com

Un autre élément clé : la transversalité des connaissances dans l’entreprise. Chaque collaborateur, quel que soit son domaine de compétence, peut être mis à contribution dans le projet. 

 

Alors, le Design Thinking appliqué aux RH? Les RH sont rarement associées à l’innovation… et pourtant! C’est à elles que revient la charge de mettre en place les conditions favorables à l’éclosion et à la diffusion de la créativité et de l’innovation au sein des entreprises, en recrutant des profils moins classiques.

 

Pourquoi? Parce que comme son nom l’indique, le « Design Thinking » est avant tout un mode de pensée qui demande de combiner empathie, créativité, analyse rationnelle, ainsi qu’une véritable curiosité pour des sujets très variés, afin de développer « une pensée associative qui permettra de marier des idées pourtant issues de domaines différents » (citation de Franck de la Pinta).

 

Comme le développe très bien Franck de la Pinta dans ses articles sur l’innovation portée par les RH au sein de l’entreprise : empathie, créativité, curiosité, etc., ces nouvelles compétences sont ce que l’on appelle les Softs Skills. L’avenir est en effet aux collaborateurs qui sauront associer des compétences techniques, dites « Hard Skills » (enseignement des écoles et universités – comptabilité, marketing, finance, droit, etc.) avec des compétences plus « soft » susceptibles de faire la différence dans un univers professionnel qui réclame de plus en plus d’agilité et d’innovation. Les RH deviennent les responsables du recrutement de profils moins conventionnels, avec de nouveaux parcours de formation, mais aussi de l’évolution des critères d’évaluation.

 

Le « Design Thinking », pour mobiliser une équipe? La démarche de la « Pensée Design » n’étant pas réservée aux seuls créatifs de l’entreprise, elle peut être bénéfique pour tous les collaborateurs d’une organisation, en les dotant de nouvelles compétences et de nouveaux outils très utiles dans des périodes de turbulence et de changement. C’est aussi un processus essentiel pour les stratégies RH qui offrent la possibilité de mieux se positionner sur les attentes des candidats, de mieux identifier les problématiques et de tester des solutions innovantes et créatives (en termes d’attraction, rétention, mobilisation et fidélisation), qui ne passent pas seulement par la simple réponse de la valorisation ou de la rémunération.

 

Alors, prêt à essayer le Design Thinking pour innover les RH??