Réorienter sa carrière à la mi-carrière

Par Nathalie Carrier

Comme conseillère d’orientation organisationnelle, je rencontre sur une base régulière des professionnels ou des leaders qui réfléchissent à leur parcours et qui s’interrogent sur leurs intérêts professionnels. Est-ce que je veux réellement faire de la gestion? Devrais-je me spécialiser? Est-ce que j’utilise pleinement mon potentiel et mes compétences? Bref, suis-je heureux dans le cadre de mes fonctions?

 

Ces questions et ces réflexions orientent les démarches d’accompagnement que j’effectue auprès de mes clients qui cherchent à (ré)orienter leur carrière. Bon, rien de nouveau pour une conseillère d’orientation. Pourtant, depuis quelques mois, une nouveauté est apparue sur le marché : les employeurs s’en mêlent. Eh oui, les employeurs sont maintenant ouverts à soutenir – parfois financièrement – une démarche d’accompagnement et de gestion de carrière pour leurs employés… au risque de les perdre! Plus de cachette comme avant; à présent, on en parle ouvertement. Et tout le monde est gagnant.

 

On ne parle pas d’un simple plan de développement, mais bien d’une remise en question personnelle et professionnelle complète. Les organisations me contactent et me demandent, par exemple, si je peux accompagner un employé à haut potentiel pour qu’il puisse réfléchir à sa carrière. L’employeur souhaite aider cette ressource à voir plus loin et est prêt à l’appuyer en ce sens. La réelle beauté de cette démarche, c’est qu’elle provoque des conversations franches et véritables entre les employeurs et leurs ressources. Le lien de confiance est consolidé par l’authenticité, la transparence et l’honnêteté entre l’employé et l’organisation.

 

Un cas vécu : le mien

Ce type de réflexion peut engendrer de beaux résultats professionnels et personnels. Je me souviens que, il y a quelques années, j’étais moi-même en plein virage dans ma vie personnelle et professionnelle. À l’aube de mes 40 ans, est-ce que j’étais vraiment heureuse dans ma carrière? Étais-je au bon endroit et mettais-je mes talents réellement à profit? Avais-je envie de poursuivre ma carrière dans des emplois et des défis qui ne me stimulaient pas tout à fait?

 

La réponse fut négative à toutes mes questions, et l’expression du « cordonnier mal chaussé » résonnait dans ma tête : une conseillère d’orientation qui ne s’actualise pas pleinement dans sa profession, ça cloche, non? C’est comme un mécanicien qui ne fait pas ses changements d’huile…

J’ai donc décidé de m’aider comme j’accompagne mes clients : cibler mes besoins, prendre des engagements envers moi-même et consulter mon réseau de contacts afin de trouver un milieu professionnel qui se colle davantage à mes talents et à mes désirs.

 

Presque deux ans plus tard, le résultat est éloquent : un divorce conclu, un déménagement fait et un changement de cap professionnel réussi. Je respire le bonheur! Je suis passée d’un emploi permanent, stable avec fonds de pension à un milieu privé, professionnel, agile, dynamique et stimulant. Quelle ne fut pas la surprise de mon entourage!

crédits: depositphotos.com

Quelques exemples qui font réfléchir

Lorsqu’on vit une telle démarche, on dirait que ça attire dans notre giron des gens qui vivent la même chose. Depuis mon changement de carrière, je vois beaucoup de personnes (des amis, des collègues, des clients, etc.) autour de moi qui passent par les mêmes étapes, les mêmes questionnements ou les mêmes défis que j’ai vécus.

 

Les exemples sont nombreux et fertiles en réflexions. Prenons une présidente de compagnie qui est prête à donner l’opportunité à son directeur finances et TI de s’accorder un temps d’arrêt afin de réfléchir au sens de sa carrière, voire de sa vie. Ou encore une professionnelle dans la quarantaine dans le secteur des communications qui décide par elle-même de s’interroger, d’effectuer une démarche d’introspection en ce qui a trait à ses compétences afin d’être plus heureuse et épanouie dans sa vie professionnelle. Ou même un jeune loup de la vente qui décide d’accéder à un poste de gestion et qui constate que ses besoins ne sont pas tout à fait comblés, mais que son équipe de gestion croit en lui et lui offre l’opportunité – que dis-je, le privilège! – de réfléchir le tout avec une consultante externe à l’organisation. Ou finalement, une ingénieure qui s’interroge sur ses valeurs et qui souhaite davantage concilier le travail et la famille tout en relevant les défis d’accéder à des postes stimulants en gestion et dans sa spécialité.

 

Et si l’on prenait le temps d’y penser?

Bref, mon intention, en vous écrivant tout ça, c’est de vous faire prendre conscience de l’ouverture à cette réflexion.

 

▪       Êtes-vous heureux dans votre travail, dans votre profession, dans votre vie?

▪       Si ce n’est pas le cas, qu’est-ce qui vous empêche d’y réfléchir, de prendre un temps d’arrêt pour faire le point?

▪       Qui pourrait vous aider dans votre réflexion?

▪       Combien de temps vous donnez-vous pour passer à l’action?

▪       Qu’arriverait-il si vous mainteniez le statu quo?

 

Nous souhaitons tous vivre dans le bonheur et le plaisir, nous épanouir et nous actualiser. Je vous invite à passer à l’action. Métro / boulot / dodo, c’est dépassé. Vélo / superhéros / apéro, c’est beaucoup plus d’actualité!

À proposMentions Légales