Les COOCs, les frères business des MOOCs : outils « corporate » et de marque employeur?

Par Stéphanie Lagand

Dans mon article précédent, nous évoquions les MOOCs (Massive Open Online Courses) dont Harvard, Stanford et d’autres grandes universités américaines ont été les précurseurs et dont les cours sont donnés depuis plus de 3-4 ans et sont largement développés en France.

 

Ce développement a été d’autant plus rapide à partir de 2013, lorsque le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé la mise en place d’une plateforme nationale d’hébergement des formations numériques.

 

Depuis 2014, les COOCs (Corporate Open Online Courses), prennent le relais des MOOCs. Ils se différencient de ces derniers par le fait qu’ils sont de l’initiative de l’entreprise. Ce sont des modules de formation à grande échelle lancés par les entreprises pour former non seulement leurs collaborateurs, mais surtout leurs clients. Les modules sont ludiques, on y gagne des points, on y passe des niveaux, et toute la mécanique du jeu se met en route pour motiver et encourager à apprendre.

 

Des exemples célèbres? 

Microsoft qui offre à tous les développeurs son académie virtuelle.

 

Objectifs pour l’entreprise : former des milliers de collaborateurs, posséder une vitrine de son savoir-faire auprès de ses clients (actuels et à venir) et ainsi fidéliser ces deux cibles différentes. L’autre objectif est clairement l’accroissement de la force de la marque, soit de la notoriété organisationnelle ou ce qu’on pourrait également nommer ses attributs « corporate ». Tout cela afin d’augmenter ses ventes en fin de compte. Les Américains appellent cela aussi le « Knowledge Marketing ».

 

Autre exemple, la Bank of America qui a lancé une formation, nommée Bettermoneyhabits, en gestion financière pour ses clients et permettant de mieux gérer les dépenses, ou encore de mieux sécuriser son argent, par exemple. Ce cours est disponible en ligne, et accessible à tous. 

 

Du côté d’Orange, le directeur e-education, Thierry Curiale, considère que les COOCs « permettent d’exploiter les compétences en gisement des entreprises, identifier les capacités de leadership ou de communication de certains et de repérer ceux qui, au contraire, peinent à suivre la formation pour les aider. » L’opérateur est donc l’un des tout premiers à avoir créé son COOC, proposant des formations ouvertes à tous et mettant à la disposition des entreprises une plateforme pour préparer leurs propres formations. 

 

Ainsi, les COOCs, version business des MOOCs représentent aujourd’hui une véritable opportunité pour l’entreprise en interne comme en externe, notamment pour les RH. Créés sur mesure pour une entreprise selon ses besoins spécifiques, ils s’intègrent dans le cadre d’une stratégie de communication (afficher ses savoir-faire) tout en étant efficaces au niveau des formations internes (employabilité des collaborateurs).  

crédit:depositphoto.com

Intégrer les COOCs dans une stratégie RH et « corporate » deviendrait un atout pour faire progresser leurs collaborateurs, attirer de nouveaux talents voire former leurs clients. La fonction RH, en s’adaptant aux changements apportés par de tels outils RH, sert la stratégie de l’entreprise.

 

En effet, à l’instar du secteur de l’assurance, la fonction RH doit être capable de prédire les risques et d’avoir une vision stratégique des projets sur au moins quatre ans. Une fois les recrutements effectués, la fonction RH doit aussitôt s’attaquer au volet formation. Par exemple, chez Capgemini Consulting, l’apprentissage s’effectue principalement sur la plateforme de formation professionnelle en ligne Coorpacademy. L’entreprise s’appuie sur une vingtaine de CoocS (Corporate Open Online Courses), des modules de formation permettant d’éduquer ses collaborateurs afin de les aider dans les projets menés pour leurs clients.

 

La « gamification » (ludification) est également utilisée par Accenture pour former ses équipes. Ses forces de vente sont notamment équipées d’une application mobile qui leur permet d’avoir une vision en 3D de l’expérience client.

 

Les COOCs, des leviers de recrutement et de la marque employeur?

▪ Comme évoqué précédemment, le fait de diffuser au grand public leurs COOCs permet aux entreprises de les utiliser comme des supports de communication.

 

▪ Dans une démarche commerciale, les COOCs permettent de faire valoir le dynamisme et l’attractivité de la société. 

 

▪ Dans une perspective d’amélioration de la marque employeur, les COOCs sont un levier stratégique pour attirer et repérer de nouveaux talents. Un grand nombre d’entre eux sont conçus en partenariat avec des écoles d’enseignement supérieur, ce qui facilite la mise en relation entre professionnels et des candidats potentiels.

 

Depuis 2014, la banque BNP Paribas a ainsi saisi l’opportunité de détecter les talents via les COOCs. Elle a, par exemple, invité les dix meilleurs participants du COOC « Analyse financière » à se présenter en entretien de recrutement dans une perspective d’embauche. Définis comme un nouveau modèle de formation professionnelle, les MOOCs et COOCs ont également la vocation de valoriser et développer les talents déjà présents au sein de l’entreprise.

 

Vers une nouvelle forme de formation professionnelle?

Suite à la réforme de la formation professionnelle de janvier 2015 et l’intégration du Compte personnel de formation (CPF) en France, le salarié devient acteur de son parcours professionnel et de ses orientations de formation.

 

Les MOOCs et COOCs s’inscrivent donc entièrement dans la numérisation de la formation professionnelle au sein des entreprises. Les parcours de formation deviennent plus attractifs, ludiques tout en répondant à une logique pratique et de flexibilité. Disponibles désormais sur smartphones et tablettes, les MOOCs et COOCs répondent d’autant plus à ce fort enjeu de mobilité par leur accessibilité à n’importe quel endroit et n’importe quel moment.

 

Une marque « corporate » et une marque employeur désormais solidement liées et accessibles à tous!

 

À proposMentions Légales