Découvrez Talentroc : une nouvelle plateforme RH!

Par Franck La Pinta

Nous continuons notre découverte de la riche et créative planète des startups RH avec Talentroc, qui veut réinventer la gestion des compétences, la rendre plus efficace parce que plus « users centric ». Rencontre avec Alexandre Heuzé, fondateur de Talentroc.

 

Quel est le constat de départ, ce qui vous a amené à lancer Talentroc?

Avec l’arrivée du digital et du numérique, les modèles d’affaires et les organisations des entreprises sont complètement bouleversés. Les entreprises doivent s’adapter en urgence avant que leur secteur se fasse « uberiser », cela passe en grande partie par les compétences de leurs collaborateurs. La gestion des compétences devient donc fondamentale en termes de stratégie et les outils traditionnels ne sont pas adaptés à cette évolution. 

 

Quel problème tente de résoudre Talentroc?

La gestion des compétences n’atteint pas 30 % de son potentiel! Aussi bien pour les RH que pour les collaborateurs, la démarche est réalisée dans sa dimension administrative et non opérationnelle. Pour inverser la tendance, il faut mettre le collaborateur au centre de la GPEC avec une vision collaborative et 2.0 en phase avec les nouveaux usages, notamment digitaux. Enfin, les outils existants ne correspondent plus aux nouvelles formes d’organisation ni aux standards d’expérience utilisateur que les collaborateurs sont pourtant habitués à voir sur internet. Les opportunités sont multiples en termes d’engagement des collaborateurs, de gain de temps pour les RH, d’optimisation du coût du travail.

 

Quelle est la promesse de Talentroc? Et à qui s’adresse-t-elle?

Talentroc aide les entreprises à maîtriser leur coût du travail grâce à une démarche de gestion des compétences 2.0. La solution répond aux enjeux de la digitalisation de l’économie ainsi qu’à l’évolution des organisations qui sont de plus en plus horizontales. Les compétences sont la ressource la plus précieuse dans les entreprises et méritent des SI (systèmes d'information) dignes de leur potentiel. Cela entraîne plus de collaboration, un gain de temps pour toutes les parties prenantes, des plans de recrutement et de formation optimisés et un meilleur développement pour les collaborateurs. Nous avons aujourd’hui deux types de clients, les grands comptes de tous secteurs d’activité et les PME/ETI principalement du secteur des services.

 

Quels sont les bénéfices attendus pour les cibles?

Nos différents modules (cartographie des compétences, évaluation 360, échanges de savoirs, fiches de poste, entretiens d’évaluation et professionnels) ont été développés dans une vraie logique Web 2.0 avec l’ergonomie et l’intuitivité que cela importe. De plus, la proposition de valeur destinée aux collaborateurs est tout aussi importante que celle destinée aux RH. Les premiers ont un accès facilité à la compétence de leurs collègues, les deuxièmes ont une cartographie des compétences de leur entreprise à moindre coût. La démarche de GPEC est moins chronophage pour tous et mieux comprise... les bénéfices sont finalement assez nombreux.

En quoi est-ce une innovation?

D’abord au niveau de l’usage. Talentroc la GPEC se prolonge avec une vraie dimension collaborative. En quelques minutes, le collaborateur réalise un bilan de compétences grâce à notre technologie de cartographie de compétences puis rentre dans une communauté d’échange de savoirs où il a accès aux compétences de tous ses collègues (informatique, langues, compétences techniques, sectorielles). 

D’autre part, nous avons travaillé notre plateforme de sorte que son intuitivité et son ergonomie sont irréprochables. C’est notamment le cas du « Talentree » qui présente un référentiel de compétences dynamiques, type « mindmap », au collaborateur qui va pouvoir facilement référencer tous ces savoirs.

 

Quel est son modèle économique? Quelles sont les prochaines étapes?

Talentroc est une offre SAAS (software as a service) et est donc facturée sur la base d’un abonnement en fonction du nombre de collaborateurs. Ce système offre une grande flexibilité à l’entreprise cliente. La prochaine étape est une levée de fonds qui nous permettra de renforcer l’équipe aux niveaux technique et commercial. Nous souhaitons ainsi continuer à développer de nouveaux modules innovateurs et à toucher une cible de plus en plus large.

Pouvez-vous vous présenter, quel est votre parcours professionnel?

Je suis nantais, j’ai 30 ans et suis diplômé d’Audencia Business School (où Talentroc a été incubée) avec un profil initialement financier. Assez rapidement, j’ai décidé de me lancer dans le monde du Web et des startups avec Talentroc. Le fait de ne pas être issu du milieu des ressources humaines permet d’apporter un point de vue différent propice à l’innovation. En contrepartie, je dois m’entourer des bonnes personnes. J’ai toujours souhaité donner un sens à mes actions et le domaine du management et des ressources humaines s’y prête très bien!

Que faut-il penser de Talentroc?

Talentroc a décidé de s’attaquer à un problème épineux des directions RH : celui de la performance de l’interface de leur SIRH, avec le postulat qu’une expérience utilisateur optimisée sera source de bénéfice à la fois pour l’entreprise et le collaborateur. Il est certain qu’une grande majorité de ces outils présents sur le marché (et notamment ceux de certains grands éditeurs de SIRH) n’ont pas retenu comme priorité de travailler sur l’interface utilisateur. Ils proposent donc encore une expérience qui est loin de celle que l’on trouve sur les meilleurs sites de e-commerce ou chez les GAFA, qui font pourtant partie de notre quotidien d’internautes. Talentroc fait la promesse que son interface conviviale permettra de mieux référencer le savoir et les savoir-faire des collaborateurs de l’entreprise. Talentroc est également le reflet d’une tendance que l’on voit poindre chez les startups RH qui s’intéressent à la gestion des compétences : une synthèse entre un système de gestion des compétences et une plateforme de type réseau social d’entreprise. Avec une ambition, celle de rapprocher les données structurées et non structurées sur les collaborateurs. Un bilan de ces initiatives permettra de valider si ce croisement des données sera un véritable outil de pilotage et d’aide à la décision RH.

À proposMentions Légales