Egoman de Serge Maquis - Revue de lecture

Par Danielle Legentil

« Si tu veux être philosophe, écris des romans », disait Camus. C’est ce qu’a fait Serge Marquis en écrivant Egoman, un roman qui vient de paraître chez Guy Saint-Jean Éditeur. Avec une écriture pleine de poésie et de profondeur, Serge Marquis poursuit la réflexion entamée avec Pensouillard le hamster sur un sujet qu’il trouve crucial : l’ego, comment le définir et l’observer. Pour lui, l’ego est à la source de nombreuses souffrances humaines inutiles, dévastant sur son passage des vies personnelles et des vies professionnelles.

 

D’entrée de jeu, je dois vous dire que je suis une inconditionnelle des écrits de Serge et de son être. C’est mon conjoint… Quand notre éditrice m’a suggéré de faire une revue de lecture sur Egoman, j’ai hésité pour une question d’éthique, mais Emilie m’a proposé de l’écrire, en précisant la chose.

 

Egoman est un dialogue vivant entre Maryse, une mère monoparentale et son fils Charlot, qu’on suit, au fil des ans, dans leur quête de sens. Comme gens de ressources humaines, vous serez, je crois, interpellés par le milieu de travail de la mère, un hôpital pour enfants et par les personnages de Maryse, neuropédiatre et de son collègue Georges, pédopsychiatre. Au-delà de leur spécialité, ils s’accompagnent et s’affrontent tout à la fois, autant sur les difficiles questions de Charlot et de leurs petits patients, que sur leur philosophie de vie. Pour Maryse, le bonheur réside dans la réussite et la reconnaissance sociale. Elle confond son travail et son identité. Tandis que pour Georges, le secret du bonheur est dans la présence à l’autre, particulièrement auprès des enfants qu’il soigne. Il se réjouit de l’image de Père Noël qu’il projette. S’il passait un test de stades de développement, Georges serait à un niveau de conscience plus élevé! Mais, voilà qu’il y a Charlot et toutes ses questions vont confronter Maryse et la faire évoluer. On dit qu’il faut dire aux gens ce qu’ils ont besoin d’entendre et non ce qu’ils voudraient entendre…

Une amie me confiait : « Enfin, un roman philosophique! Il y en a si peu ». Quelqu’un a d’ailleurs écrit à Serge que Charlot avait quelque chose du Petit Prince. C’est juste. Dans sa candeur, dans son entêtement, dans sa quête de l’absolu. Mais les personnages d’Egoman sont perdus dans un désert contemporain, où la vanité a pris toute la place et inlassablement, Charlot demande « Qu’est–ce que l’ego? ». La réviseure écrivait qu’en le lisant, elle aurait voulu surligner tellement de passages que le livre serait complètement coloré. L’éditeur a pour sa part énoncé : « un roman qui change des vies ». Pour ma part, c’est l’auteur qui a changé ma vie. Pour le livre, je vous laisse en juger!

 

Note sur l’auteur

Serge Marquis est médecin spécialiste en santé communautaire et est détenteur d’une maîtrise en médecine du travail. Il a vu, en consultation, de nombreuses personnes souffrant d’épuisement professionnel. En 1995, il fonde Tortue : Organisation pour réduire les tensions et l’usure dans les entreprises. Il est l’auteur du best-seller Pensouillard le hamster publié en Europe sous le titre On est foutus, on pense trop traduit cette année en allemand, en italien et en coréen. PensouilIard sortira également en livre de poche au printemps. Egoman est son premier roman.

À proposMentions Légales