Mais où est passé mon patron?

Par Catherine Rousseau

En l’espace d’une semaine, deux événements ont été portés à mon attention. Ces événements ont eu des impacts importants sur l’expérience employé de deux personnes, mais des impacts diamétralement opposés : négatif et positif. Il m’est donc apparu intéressant de vous présenter l’importance de ce qui nous paraît parfois trop évident. Patrons, soyez présents!

 

Premier événement : Je consulte le fil d’actualités sur LinkedIn et je lis le « post » d’un employé qui dit : Merci! Merci à ses collègues et son organisation de lui avoir préparé un bel accueil et lui souhaiter un bon retour au travail après une absence prolongée. Ils avaient décoré son bureau avec quelques petites attentions pour s’assurer que sa première journée de retour soit agréable et permettre à cet employé de sentir qu’il était attendu. Cette initiative vous semble peut-être banale, mais sachez qu’elle a un impact important sur la qualité du retour de la personne. Cela permet aussi à la personne de mettre ses craintes de côté, puisque souvent après un long congé, la peur de ne plus être à la hauteur dans son travail après un arrêt prolongé peut rendre difficile le retour au boulot.

 

Cette initiative de la part de l’équipe est plus que louable. Il s’agit d’une pratique que les gestionnaires devraient s’assurer de mettre en place à chaque fois qu’une ressource de l’équipe quitte pour une période prolongée, et ce, quelle que soit la raison : congé de maladie physique ou psychologique, congé de maternité ou parental ou autre. Évidemment, on ajuste la façon de souligner la bienvenue à l’employé en fonction du type de départ et surtout en fonction de la personne. Il peut s’agir d’une carte signée de tous sur le bureau ou un dîner à la cafétéria où l’on planifie la présence des collègues. À vous de voir!

 

Deuxième événement : On me présente une situation où une ressource a dû quitter temporairement son emploi pour un congé de maladie d’une durée de quelques mois. Pendant toute la durée de l’absence, l’employé n’a eu aucun contact avec le gestionnaire. La date de retour a été communiquée à l’employeur par l’envoi du billet du médecin. L’entrée en poste fut très difficile pour l’employé, puisqu’il ne savait pas à quoi s’attendre. Y a-t-il eu des changements dans l’organisation? Qu’est-ce qui a été dit à mes collègues pour expliquer mon départ soudain? Est-ce que quelqu’un a pris le relais dans mes dossiers pendant mon absence? Est-ce que mes objectifs annuels sont toujours les mêmes puisque j’ai été absent quelques mois?

 

Le gestionnaire étant aux prises avec plusieurs dossiers et la gestion de ses priorités, rien n’a été planifié quant au retour de cette ressource, qui ne se sentit vraiment pas importante à ce moment. Le gestionnaire devait croire, maintenant à tort on le sait, que la personne, n’étant pas nouvelle, savait bien à quoi s’attendre lors de son retour en poste. Elle connait l’organisation et son travail.

 

Évident me direz-vous? Mais sachez que ces deux situations sont bien réelles et certainement plus répandues que vous pouvez le croire. À différents niveaux probablement. Mais il y a toujours un dossier ou un événement qui peut facilement vous faire bifurquer de vos « priorités prioritaires » : vos employés.

Crédit : depositphotos

Quelle que soit la raison de l’absence d’un employé, celle-ci génère des craintes. De plus, la période où la personne est en arrêt de travail est souvent aussi utilisée pour faire un bilan de certains éléments de sa vie. La personne remet des choses en question, elle se remet aussi en question pour être certaine qu’elle est là où elle souhaite être et que ses objectifs personnels et professionnels sont toujours les mêmes et bien dans la mire. Ainsi, toute cette réflexion peut apporter un certain niveau d’insécurité qu’il est important de considérer pour s’assurer d’un bon retour au travail.

 

Il peut être intéressant que le gestionnaire demeure en contact avec la ressource pendant son congé, bien sûr lorsque cela est possible. Téléphoner ou écrire un courriel pour prendre des nouvelles permet de garder ce contact et favoriser un retour plus fluide pour l’employé.

 

Le retour aussi est un élément qui peut augmenter le niveau de stress de la personne. Vous pourriez même rencontrer la ressource avant la date de retour prévue et évaluer ensemble les besoins de celle-ci pour maximiser une bonne réintégration. Cela permettra aussi d’instaurer un moment propice à nommer certaines craintes ou appréhensions face à ce retour au travail, que vous pourrez adresser avec elle pour en diminuer le niveau de stress associé.

 

Ce contact avec le gestionnaire est aussi primordial pendant les quelques semaines ou mois suivant le retour au bureau. Cette période fluctuera en fonction de la durée de l’absence et des besoins de la personne. Prenez le temps de préparer un plan d’intégration qui peut facilement reprendre les grandes lignes d’un plan pour un nouvel employé.

●  Préparez son emplacement et sa venue. Vous pourriez même aviser les autres gestionnaires de l’organisation de sorte que s’ils croisent la personne, ils prendront certainement la peine de lui souhaiter un bon retour!

●  Soyez présent pour accueillir l’employé.

●  Présentez la ressource aux nouveaux employés, s’il y a lieu.

● Planifiez la rencontre d’accueil dès la première journée et présentez-lui le plan de retour au travail. Une mise à niveau est certainement nécessaire : communiquez les informations pertinentes comme les nouveaux processus et nouvelles façons de faire, les formations qu’elle aurait manquées ainsi que les activités et annonces charnières qui ont eu lieu pendant son absence.

●  Discutez des attentes et fixez ensemble de nouveaux objectifs considérant la durée de la période d’absence ainsi que le nombre de mois de l’année restants.

●  Soyez disponible. Suivant son retour, essayez de planifier des journées de travail moins chargées en réunions.

Vous pourriez même, selon le besoin, lui assigner un parrain ou une marraine. Cela permettra à l’employé de s’y référer au besoin et ainsi favoriser un encadrement efficace, et ce, tout en ayant un impact valorisant sur la personne ressource choisie! Être un parrain ou une marraine est signe que vous lui faites confiance, cela peut être une belle marque de reconnaissance.

 

Rappelons-nous que l’objectif est de mettre toutes les conditions gagnantes en place pour faire vivre une expérience employé qui facilite le retour au travail. Une expérience employé réussie favorisera l’engagement de la ressource et augmentera sa productivité ainsi que celle de votre l’équipe.

 

La qualité de l’encadrement par le gestionnaire ainsi que sa disponibilité sont des éléments importants qui favoriseront une réintégration au travail réussie. Faites des suivis, formels et informels et n’hésitez pas à lui donner une rétroaction régulière pour que la personne puisse s’ajuster au besoin ou pour simplement la rassurer.

 

Selon une étude de McKinsey Quarterly « Motivating People, Getting Beyong Money », 63 % des employés affirment que l’attention de leur gestionnaire est une forme de reconnaissance importante qui est « extrêmement efficace » pour favoriser leur engagement. Cela a donc un fort impact positif sur la qualité de l’expérience employé.

 

N’hésitez donc pas à être là pour vos employés, impliquez-vous dans leur vie au travail, c’est quand même vous le patron!