Le party de Noël, pour tatouer le sentiment d’appartenance?

Par Chantal Dauray

Dans plusieurs organisations, le party de Noël est souvent perçu comme l’occasion de fédérer les troupes, de tatouer le sentiment d’appartenance et de célébrer les bons coups de l’année. Voici quelques idées pour pimenter votre party de bureau. Mais, d’abord, des réflexions sur le rôle de ce rituel annuel au sein de votre organisation.

 

Attention, les rituels ne sont pas un diachylon!

Les rituels confirment la structure d’autorité, renforcent le lien entre les gens d’une même catégorie d’emplois et manifestent l’exclusion des autres (ex. : vos cadres qui vont à la pêche ensemble). Ce caractère d’exclusion est encore plus marqué lorsque domine le culte de la performance et du rendement. À l’opposé, une entreprise où prime la créativité engendre plutôt des rituels qui décloisonnent les catégories d’emploi et visent l’intégration globale.

En fait, les rituels sont au cœur du pouvoir, selon Alain Laramée, professeur titulaire en communication et directeur de l’Unité d’enseignement et de recherche à la TELUQ : « Servir le repas à ses employés, tablier au cou, peut comporter un danger. Comme les rôles hiérarchiques sont inversés, cela peut être un exutoire à certaines tensions et frustrations. Quand les employés trinquent ensemble, ils peuvent extérioriser ce qui ne s’exprime pas tous les jours. Il faut être ouvert à ce qui peut en ressortir. »

Autrement dit, si les choses vont mal dans votre entreprise, les rituels ne sont pas un diachylon que l’on appose sur le « bobo ». Pour qu’ils fleurissent, il faut un terreau sain. Un esprit de famille, ce n’est pas quelque chose que l’on proclame au party de Noël! C’est quelque chose qui se vit. Ça ne s’achète pas non plus. La culture tribale ne réside pas dans la table de billard ou la machine à cappucino. Les employés, particulièrement les jeunes, n’ont plus de tolérance face aux faux discours.

L’ambiance n’a rien de familial? Ne faites pas ce genre de déclarations. Les gestes dont on sent trop la finalité, dont l’objectif semble écrit au crayon gras, entraînent la méfiance, l’ironie ou l’indifférence des employés, qui considèrent alors qu’on essaie de les manipuler.

Oui, le concept de « tribu inc. » implique parfois un douloureux, mais nécessaire examen de conscience. Toutefois, les entreprises qui y parviennent sont, à mon avis, celles qui dessinent le monde du travail de demain.

Crédit photo : Istockphoto.com

Tout va bien chez vous? Des idées pour célébrer!

Voici quelques idées à adapter selon la taille de votre groupe. Puisez-y de l’inspiration pour votre party de Noël.

 

1. Trouvez ce « petit plus » qui fera la différence

Par exemple, l’arrivée surprise de mariachis, une sculpture sur glace réalisée devant vous, un « marché de Noël » où chacun pigera une douceur (panettone, nougat, etc.), une dégustation de sorbets, des cafés brésiliens, une séance de massage sur chaise, un tour de calèche, ou encore une animation spéciale dont votre équipe parlera longtemps (ventriloque, diseuse de bonne aventure, caricaturiste, réalisation d’un tableau collectif qui sera affiché à la réception, etc.).

Cependant, si votre party de Noël réunit des clients, des fournisseurs ou même des collègues qui ont peu l’occasion de fraterniser, allez-y mollo avec l’animation et laissez-les placoter en paix!

 

2. Gala, soirée bye bye et autres jeux

Prévoyez des catégories humoristiques pour le gala ou planifiez une revue des événements marquants de la vie de votre organisation en 2015. Faites-en un « quiz » avec des prix de participation ou profitez-en pour initier les p’tits nouveaux de l’année! Autre concept : « À chacun son téteux ». En début de soirée, chacun pige le nom d’un collègue auprès de qui il sera aux petits soins pendant le party. Ensuite, on devine qui était le « téteux » de qui. Peut-être Nicole et Monique, souvent à couteaux tirés, se verront-elles d’un autre œil!

3. Lancez les festivités le midi à la cafétéria

Organisez un dîner communautaire sous le thème « Noël autour du monde », chacun apportant un plat d’un pays différent. Amusez-vous en enfilant des accessoires représentant cette contrée ou racontez aux collègues une tradition des Fêtes de votre pays d’adoption. Avant de quitter pour le congé, faites « popper » une bouteille de mousseux ou servez un vin chaud, un punch de Noël ou un « glögg », ce vin épicé suédois.

4. Petites équipes, fêtez!  

Vous n’aviez prévu aucun party (encore), mais l’ambiance festive vous démange? Conviez des collègues, des employés ou des partenaires à un dîner ou à un souper de Noël. La raclette et la fondue sont des choix chaleureux, tout à fait dans le ton. Autre idée : un atelier où on fait ses propres sushis, une virée dans une boîte à chansons, un souper « tournant » (les trois services pris dans un endroit différent). Pour l’apéro, essayez les bars à vins ou dégustations de bières (l’an dernier, Les 3 Brasseurs offraient une bière de Noël (baies rouges, alcool, notes chocolatées). Une dégustation « porto et chocolats » ou un vin et fromages s’organise rapidement.

Vous êtes un travailleur autonome? Regroupez-vous avec d’autres pigistes pour célébrer, si le cœur vous en dit. Chez Concerta Communications, nous avons déjà opté pour un dîner de cons… inversé! Nous avions convié nos collaborateurs à inviter non pas un « con », mais une personne inspirante, qu’ils ont présentée à notre petit clan réuni. Le lieu tout désigné? Le restaurant «Les Cons Servent », bien sûr!

À proposMentions Légales