Zest : l’application qui monitore l’humeur des salariés en temps réel

Par Franck La Pinta

Zest est une appli RH qui propose aux entreprises d’évaluer l’efficacitĂ© de leurs actions en permettant aux employĂ©s de partager leur humeur du jour, d’exprimer leur feedback Ă  leurs managers ou encore de soumettre des idĂ©es pour revoir le fonctionnement de l’organisation. 

Toutes les entreprises cherchent Ă  Ă©valuer l’engagement de leurs collaborateurs, leur comprĂ©hension et leur adhĂ©sion Ă  la stratĂ©gie de l’entreprise et dans le mĂŞme temps, Ă  faire remonter toutes les bonnes idĂ©es. Zest propose aux entreprises une plateforme qui joue clairement la carte du simple et du ludique pour que les collaborateurs expriment leur « mood Â» (leur humeur) ou fassent des feedback en temps rĂ©el. De leur cĂ´tĂ©, les managers disposent de tableaux de bord pour suivre en temps rĂ©el ce « mood Â» et ces retours, et donc ĂŞtre en mesure d’évaluer l’impact de leurs actions. Entretien avec Christophe Bergeon, fondateur de Zest. 

Quel est le constat de dĂ©part, ce qui vous a amenĂ© Ă  lancer Zest? 

Le constat est que les entreprises qui gagnent sont celles qui libèrent leurs salariĂ©s, qui les engagent totalement et poussent leur pouvoir de crĂ©ation, leur passion, l’esprit d’équipe, l’objectif commun. Cela ne faisait pas loin de 10 ans que je vendais des solutions de Talent Management auprès des grands groupes et je suis arrivĂ© au constat que ces solutions participaient au blocage du changement. Trop focalisĂ©es sur l’individu (objectifs, entretiens individuels) et sur la hiĂ©rarchie classique, elles poussent Ă  l’alignement et l’obĂ©issance plutĂ´t qu’à la libĂ©ralisation. J’ai donc commencĂ© Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  la crĂ©ation de la solution Zest il y a un an pour prendre le problème Ă  revers. 

Quel problème tente de rĂ©soudre Zest? 

Le manque d’engagement des collaborateurs et le rĂ©enchantement de leur travail! Laissez-leur la parole librement (c’est-Ă -dire accepter l’anonymat) et vos employĂ©s vont s’exprimer! Ils ne demandent que ça! Et aussi d’apporter leur pierre (leurs meilleures idĂ©es) Ă  l’édifice. Il faut faire confiance, il faut responsabiliser ses Ă©quipes. Il y a encore beaucoup trop de « petits chefs Â» ou de mauvais managers qui contribuent Ă  un gâchis humain Ă©norme dans l’entreprise. Ce n’est pas forcĂ©ment toujours leur faute – mĂŞme s’ils sont parfois ou souvent en fonction des organisations, rĂ©ellement responsables –, car on ne les a non seulement pas formĂ©s Ă  la fonction de manager mais souvent on a sĂ©lectionnĂ© les meilleurs experts pour diriger une Ă©quipe, et pas les meilleurs meneurs d’hommes! Et tout cela sans compter que la fonction change aujourd’hui totalement. Le manager doit ĂŞtre un accompagnant, un mentor, un formateur, un exemple pour ses Ă©quipes. Il doit donner envie, ĂŞtre admirĂ©, ĂŞtre reconnu comme quelqu’un qui vous fait grandir. Bref, ce nouveau manager Â« 3.0 Â» aura forcĂ©ment besoin de l’aide de ses Ă©quipes pour ĂŞtre tout cela, il a besoin d’une contribution beaucoup plus forte de leur part, l’application Zest va y contribuer.

Quelle est la promesse de Zest? Et Ă  qui s’adresse-t-elle? 

La promesse de Zest, c’est de comprendre immĂ©diatement les attentes des collaborateurs, de ne plus pouvoir dire « il ne m’en avait jamais parlĂ© Â» lorsqu’un salariĂ© quitte l’entreprise. Surtout, c’est de pouvoir leur redonner envie en rĂ©pondant au minimum Ă  leurs attentes. Mais c’est aussi mieux les connaĂ®tre, percevoir leurs changements en temps rĂ©el (on n’attend pas la fin de l’annĂ©e et le fameux entretien annuel). Grâce Ă  l’application Zest, les feedbacks sont immĂ©diats, les idĂ©es remontent en temps rĂ©el et l’entraide est favorisĂ©e en permanence. Tout cela en prenant le pouls -l’humeur- des collaborateurs en temps rĂ©el! Quel dirigeant n’aimerait pas comprendre immĂ©diatement que sa stratĂ©gie n’est ni comprise ni partagĂ©e? Un grand groupe français très international disait rĂ©cemment s’être aperçu que la stratĂ©gie n’était pas partagĂ©e au-delĂ  du niveau n-2 du CEO. Sachant que les niveaux sont nombreux, cela veut dire que la majeure partie de ses dizaines de milliers de salariĂ©s n’ont pas compris Ă  quoi ils contribuent et vers oĂą se dirige leur organisation. Zest ne s’adresse nĂ©anmoins pas qu’aux grands comptes, car cette problĂ©matique est partagĂ©e dans toutes les organisations! Nous avons des clients de 10 employĂ©s qui eux-mĂŞmes ont des problèmes de collaboration et de libĂ©ralisation.

Quels sont les bĂ©nĂ©fices attendus pour les cibles? 

Je ne peux pas vous dire autre chose que très nombreux. Un salariĂ© heureux est un salariĂ© plus efficace, plus performant et plus engagĂ©! Les entreprises ont tout intĂ©rĂŞt Ă  favoriser le bonheur de leurs Ă©quipes et leur Ă©panouissement au travail. Évidemment, on ne peut pas rĂ©pondre Ă  tout et tout offrir, mais on n’est pas non plus face Ă  des enfants capricieux; un salariĂ© peut comprendre les enjeux de son entreprise si cette dernière prend le temps de lui expliquer. Le vrai alignement, c’est l’alignement de passion et d’objectifs partagĂ©s, et non pas « cascadĂ©s Â» comme disent nos amis amĂ©ricains (lĂ , c’est du tais-toi et obĂ©is). RĂ©enchanter l’entreprise, c’est contribuer Ă  embarquer tout le monde dans un beau projet commun; on ne parle lĂ  que des fondements de l’entreprise humaine, sauf que nos organisations s’en sont tellement Ă©loignĂ©es ces dernières dĂ©cennies, que l’on doit aujourd’hui absolument retrouver nos racines! 

En quoi est-ce une innovation? 

Vous voyez beaucoup d’entreprises qui en sont lĂ ? ;-) Plus sĂ©rieusement, c’est une innovation, car on oublie souvent que nos outils ont un impact Ă©norme sur notre organisation et notre travail! Je remonte au silex… Je vous donne un exemple. J’ai eu de nombreux clients dans ma vie professionnelle qui me demandaient de dire que l’outil que je vendais ne pouvait pas faire ci ou ça mĂŞme s’il le faisait en 2 minutes de configuration! Pourquoi? Pour imposer le changement et la simplification par l’outil. PlutĂ´t que d’affronter leurs Ă©quipes, de leur expliquer pourquoi on change, on met ça sur le dos de l’outil (« il ne peut pas fonctionner tel que l’on fonctionnait Â»!) et donc on simplifie nos processus par un nouvel outil. En ce sens, l’application Zest peut rĂ©ellement accĂ©lĂ©rer le changement des organisations et les faire passer Ă  l’ère digitale. Zest va contribuer fortement Ă  la rĂ©volution organisationnelle dont nous parle un Jeremy Rifkin (et d’autres), nous sommes Ă  l’ère du collaboratif! Et nous ne sommes Ă©videmment qu’au dĂ©but des nombreuses innovations que nous comptons apporter aux organisations avec Zest. Si nous connaissons rĂ©ellement le collaborateur, nous allons rĂ©ellement rĂ©pondre Ă  ses besoins comme le fait un Amazon, en vous conseillant les livres dont vous aviez rĂŞvĂ©! 

Quel est son modèle Ă©conomique? Quelles sont les prochaines Ă©tapes? 

L’application Zest est une application SaaS. Elle ne nĂ©cessite donc aucune installation, mais seulement un accès Internet. Nous fonctionnons par abonnement – annuel ou multiannuel principalement – basĂ© sur le nombre d’employĂ©s de chaque organisation cliente. Nous avons lancĂ© Zest dĂ©but septembre et les premiers retours sont excellents. Nous avons dĂ©jĂ  une demi-douzaine de clients et nous espĂ©rons doubler minimalement ce nombre d’ici la fin 2015. Nous avons dĂ©jĂ  2 grands comptes qui ont dĂ©marrĂ© sur des populations pilotes avant un dĂ©ploiement plus massif. Nous avons aussi mis en place avec notre Ă©quipe R&D un cadencement d’innovations très Ă©levĂ© : nous sortons une nouvelle version Ă  chaque fin de mois, l’outil est mis Ă  jour automatiquement en toute transparence pour nos clients qui bĂ©nĂ©ficient ainsi de nouveautĂ©s très frĂ©quentes. Nous nous lançons aussi en parallèle Ă  l’international avec des partenariats de distribution en Asie, en AmĂ©rique latine et en Europe du Nord. La prochaine Ă©tape sera les États-Unis et le Canada, nos amis et cousins Canadiens Ă©tant souvent très en avance sur les problĂ©matiques d’organisation RH. 

Pouvez-vous vous présenter, quel est votre parcours professionnel?

 J’ai dĂ©marrĂ© ma carrière il y a un peu plus de 20 ans Ă  l’international, j’ai vĂ©cu au Mexique, en Colombie et en Inde. J’ai dĂ©marrĂ© en finance d’entreprise pour ensuite me rĂ©orienter vers le recrutement en cabinet et enfin vers des fonctions commerciales et managĂ©riales. J’ai toujours beaucoup voyagĂ© et j’ai beaucoup travaillĂ© pour des start-ups amĂ©ricaines. J’ai donc un peu touchĂ© Ă  tout, j’espère avec bonheur, en tout cas, en ce qui me concerne. Il faudrait demander Ă  mes collaborateurs s’ils partagent mon point de vue. Mais je pense et j’espère que oui. C’est justement un peu grâce Ă  eux tous que j’ai eu l’idĂ©e de crĂ©er Zest. Quand vous libĂ©rez vos collaborateurs, quand vous leur faites confiance, vous avez un retour qui est tellement puissant, tellement gratifiant, que je conseille Ă©videmment Ă  tout un chacun de le faire. Et je me suis dit que si un outil pouvait contribuer Ă  cela, alors fonçons et essayons de rendre ça rentable! J’en profiterai pour recrĂ©er une grande et magnifique Ă©quipe avec un superbe projet commun. 

Que faut-il en penser? 

Zest, par son principe du temps rĂ©el, combinant donnĂ©es quali et quanti, se montre bien plus rĂ©active et donc efficace que les traditionnels baromètres sociaux annuels, suivis l’annĂ©e suivante du plan d’action managĂ©rial. La possibilitĂ© de proposer aux collaborateurs le choix de l’anonymat dans les contributions est une très bonne solution. Les craintes, frĂ©quemment exprimĂ©es par les directions, de voir ce type d’espace devenir un dĂ©versoir ingĂ©rable de rĂ©clamations, de rancĹ“urs personnelles, voire d’insultes, ne sont que très partiellement fondĂ©es. Je l’ai personnellement expĂ©rimentĂ© dans mon entreprise. Il y a certes toujours quelques dĂ©rapages (dont la plupart sont contestables dans leur forme, beaucoup moins dans le fond), mais qui sont nettement compensĂ©s par la qualitĂ© des commentaires et des suggestions remontĂ©s, et les pistes d’amĂ©lioration possibles pour l’entreprise. Ă€ l’inverse, les projets de rĂ©seaux sociaux d’entreprise refusent très souvent ce choix de l’anonymat et ne rĂ©unissent que des contenus politiquement corrects, sans intĂ©rĂŞt pour les collaborateurs ou pour la direction. 

Zest se distingue aussi des traditionnels rĂ©seaux sociaux d’entreprise par un rĂ©el soin apportĂ© Ă  l’expĂ©rience utilisateur, avec une interface simple, intuitive, presque ludique. Je suis convaincu que Zest ne convient pas Ă  tout type d’entreprise, elle s’adresse Ă  celles qui ont dĂ©jĂ  une culture de la libertĂ© de parole et du participatif. 

Je ne suis pas certain qu’un outil, mĂŞme ludique et simple d’usage, puisse modifier l’ADN profond de l’entreprise. Cela ne reste qu’un outil facilitateur. 

La question que l’on peut se poser est comment Zest peut coexister avec d’autres plateformes collaboratives, quand les entreprises, dans une logique d’outil unique et pour des raisons de rationalitĂ© Ă©conomique, privilĂ©gient plutĂ´t des solutions orientĂ©es business?

 www.zestmeup.com

Ă€ proposMentions LĂ©gales